1Chevalet_24

De nos jours ou la transmission des valeurs est orale ou visuelle le Chevalet ou Cheval jupon s’inscrit dans le deuxième registre.

C’est un hybride au torse et à la tête d’homme, le corps étant celui d’un cheval, nous retrouvons déjà dans la Grèce Antique ce genre d’animal mythologique.

On lui trouve une origine dans l’histoire de notre région.

Cette danse est en fait une mise en garde contre les flatteurs ou les généreux qui ne donnent rien pour rien et attendent toujours un retour.

Ainsi le cheval jupon qui finira par accepter l’avoine ou les caresses, sera facilement étrillé, ferré, et donc domestiqué.

1Chevalet_26

On rapporte, que cette célèbre danse aurait été créée pour la naissance de Jacques D’Aragon en 1208.Il est le fils de Marie de Montpellier unique héritière de la dynastie de Pierre II D’Aragon.

Marie est la fille de Guilhem VII de Montpellier.

A cette époque là, les danses sont surtout des rondes et des farandoles.

Elles sont généralement menées par des femmes qui prennent aussi l’initiative de les danser.

1chevalet_01

On retrouve la notion du « Paratgé », cher au cœur des occitans.

Le « Paratgé »c'est-à-dire la noblesse de l’être ; » être reconnu pour ce que l’on est »et non pas par sa naissance, sa force, ou sa richesse, donc les femmes ou tout un chacun peuvent être meneur de ce mode d’expression.

Nous avons donc deux approches autour de la générosité .Celle qui servira un intérêt ou bien l’autre qui ne sera jamais gratifiée.

En effet en Provence la devise qui illustre le « Chivalet » est:

« Faî du bien à Bertrand té lou rendra en cagant »

1Chevalet_06

En conclusion ce ballet selon le crédit qu’on lui accorde a un réel sens philosophique .Il aura pour but d’exprimer le vécu et le ressenti de chacun dans son rapport avec la générosité, l’échange.

Donner, Recevoir

Recevoir, Donner….Eternelle ritournelle.

 

Notre cheval jupon compte tenu des Légendes de Cournonterral sera baptisé  Bertrand !

1Chevalet_25

Donner sans ne rien attendre n’aurait-il plus de sens ?

C’est ce que certains nous laisseront en héritage si nos enfants ne se battent pas. Les avides les sans scrupules ceux qui se partagent la planète ceux aux dents longues qui donnent seulement pour recevoir et reçoivent sans rendre, les amputés de la générosité,

Le chevalet sera une fois de plus un moyen pour nos jeunes de crier en douceur qu’ils restent vigilants.

Je m’accorde à croire que le passé éclaire l’avenir, braquons nos projecteurs sur la scène de la mémoire, celle ou les anciens exprimaient par la danse la philosophie de la vie .Cet art messager nous ne ferons que le perpétuer sans en banaliser son importance.

Il a permis une rencontre intergénérationnelle, qui fut empreinte d’émotions.

Je vous remercie, vous tous m’avez donné du bonheur en acceptant de me suivre .Durant les préparatifs malgré les différences seul le «Paratgé »  

ne l’oublions pas, l’acceptation dans la culture occitane de l’autre tel qu’il est .Valeur capitale dans un groupe pour qu’il s’épanouisse.

Vos éclats de rire sont une trame pour l’amitié, un hymne à l’espérance. Nous nous sommes tant donnés qui ne se voit pas qui ne se touche pas, rien de matériel, mais tant de bien...

Avons-nous passé le message ? Je l’espère mes amis, à chacun le sien.

 

Nadège

010