Sans titre2

 

A Cournonterral il est conté qu’Hannibal et ses éléphants firent une halte à la fontaine du Théron afin de ravitailler son armée sur le chemin de la conquête de Rome. Chez les coculs nos voisins, quelques personnes en ont décidé autrement. Ainsi s’appropriant cette légende, ils créèrent un éléphant nommé « Cournemasque », celui-ci se serait désaltéré à Cournon« SEC » Les Cournalencs à l’esprit revanchard et reboussié firent un tour dans leur histoire s’appuyant sur un fait historique du XIII ème siècle écrivirent le conte de TRIBVS LVPIS. Au XIII ème siècle les Cornalencs sont affamés par les périodes de disettes et les contraintes infligées par leur seigneur, l’esprit de révolte plane et gronde, mais la désunion règne dans le village. Le seigneur afin de renflouer sa cassette détruit le four communal contraignant les villageois de payer pour l’utilisation du four banal. Ce qu’ignore le seigneur, c’est qu’une bête sommeille dans son antre ; infernale, terrifiante au poil hirsute aux dents aiguisées à la gueule sanglante et fumante une espèce de loup à trois têtes : TRIBVS LVPIS. Elle descend de nos garrigues, de l’église Ste-Cécile, elle incarne l’âme Cornalenque depuis la nuit des temps. Antan, elle aurait fait fuir les cornacs d’Hannibal. Investis de cet esprit contestataire, trois bourgeois, Guillaume-Bernard des Trois-Loups, sa soeur Erméniars et leur ami Hugues Cristine fomentent un mouvement de révolte, le seigneur assis sur ses acquis va être surpris. De nuit la Bête s’approche du bourg en arrivant par le Baou franchit la porte du Couchant ouverte par les trois reboussiés . TRIBVS LVPIS passe devant le four détruit, se dirige vers le château ou dort sereinement le seigneur. Des hurlements venus
d’outre tombe le réveille lui glace le sang, affolé il passe sa tête par la lucarne et là une foule, torches et armes en mains, scande la révolte. En tête la bête, se dresse sur ses pattes arrières, l’une de ses têtes est à hauteur de lucarne la gueule ouverte rageuse. Le seigneur terrifié se barricade dans l’enceinte du château. Le siège dure toute la nuit, c’est au petit jour qu’il rend les armeset les soldats livrent le despote affameur aux insurgés. IL franchit, fier et hautain, le seuil de son domaine mais face à l’adversaire, à la vue des trois gueules, résigné il s’allonge sur le sol face contre terre et demande grâce. Il lui est ordonné de se lever, lecture lui est faite de l’édit du roi Philippe le Bel lui intimant de reconstruire le four rapidement, conseil lui est donné d’entendre à jamais chaque revendication de celui qui subit l’abus ou l’injustice. Cette histoire est finie, mais la Bête sommeille dans son antre et ressortira durant des siècles et encore de nos jours pour défendre le droit, l’égalité et la justice pour tous TRIBVS LVPIS animal légendaire ou réelle âme de notre collectivité ? Peu importe, .Quoiqu’il en soit, le loup arpentera les rues pour rappeler à tous ceux qui bafouent les droits durement acquis par les Cornalencs qu’il veille et les protège.

 

A Cornonterralh, contan qu'Anibal amb sos elefants s'arrestèt a la font dau Theron per ravitalhar son armada sul camin de la conquèsta de Roma.
En cò das Cocuts, nòstres vesins, d'unes n'an decidit autrament. Aital, aquesta legenda se l'aproprièron,
e creèron un elefant nomenat «Cornamasca», que se seriá levat la set a Cornon «Sec».
Los Cornalencs, revenjaires e reborsièrs, anèron far un torn dins son Istòria. En s'apuejant sus un fach istoric dau sègle XIII, escriguèron lo conte de Tribvs Lvpis. Aquí-lo :
Al sègle XIII, los Cornalencs son atalentats per los periòdes de diseta e las constrenchas infligidas per lor Senhor.
L'esperit de revòlta trèva e trona, mas la desunion regna pel vilatge.
Lo Senhor per tal de s'emplenar la caisseta lor destrusís lo forn comunau e constrenh aital los vilatgeses a pagar per l'utilizacion dau forn banal.
Çò que sap pas lo Senhor, es qu'una bèstia somelha dins sa tuta, infernala, dau morre sanguinós e fumant,una mena de lop de tres caps : Tribvs Lvpis.
Davala de las nòstras garrigas, de la glèisa Santa-Ceselha, incarna l'èime cornalenc, dempuèi la nuòch das temps. Antan, auriá fach fugir los Cornacs d'Anibal. Investits d'aquel esperit reborsièr, tres borgeses Guilhèm-Bernat de Tres-Lops, sa sòrre Ermeniars e lor amic Uc Cristina engimbran un movement de revòlta. Lo Senhor, assetat sus sos aquesits, va èsser susprés.
De nuòch, la Bèstia se sarra dau vilatge en arribant per lo Baug, passa la pòrta dau Ponent dobèrta pelstres reborsièrs.
TRIBVS LVPIS passa davant lo forn destrusit, va cap au castèu ont dormís, tot suau, lo senhor.
D'udolaments e de bramadisses venguts d'otra-tomba lo desrevelhan , lo sangglaçan. Tresvirat, passa lo cap per lo fenestron e, aquí, una fola, entòrchas e armas en man, martèlan la revòlta. Al cap d'aquela fola,la Bèstia se lèva sus las patas de darrièr, amb un de las tres tèstas qu'es a la nautor del fenestron, lo morre dobèrt e rabiós.
Lo senhor espaurugat s'embarra dins son castèl. Lo sèti dura tota la nuòch, es  al matin que rend las armas e los soldats lo lor liuran, lo despòta atalentaire, als insurgits.
Travèrsa, orgulhós e auturós, lo lindal de son domeni mas, fàcia a l'adversari, a la vista das tres morres, resignat, s'ajaça pel sòl fàcia contra tèrra e demanda gràcia.
Li ordenan de se levar, li legisson l'edicte del rei Felip lo Bèl que li donan òrdre de tornar bastir lo forn lèu, li conselhan d’ausir per totjorn cada reivindicacion de lo que patís d'abús o d'injustícia.
Aquela istòria es acabada, mas la Bèstia es entredormida dins sa tuta e tornarà sortir pendent de sègles e mai uèi, ara, per defendre lo drech, l'egalitat e la justícia per totes.
TRIBVS LVPIS animal legendari o arma vertadièra de nòstra collectivitat? Aquò rai ! Qué que ne siá, lo lop trevarà las carrièras per rampelar a totes los qu'escarnisson los dreches durament acquesits per los Cornalencs que velha, que los apara e que los protegís.

 

VILATGE NÒSTRE